3oudou Emigrants song from Tony Kiwan

Search

Jalyatouna

 

 

MadeinLebanon.org

Subscribe to our Free Newsletter

Keefak: The Lebanese Arabic Language Mobile Application

 

Comment s’est exportée la collection Leiden au Liban ?

2013-2014 est l’année où l’Université Leiden aux Pays-Bas célèbre 400 ans d’études arabes. Cette ancienne tradition dans les études orientales se reflète, bien sûr, dans la richesse de ses collections libraires, avec 4000 manuscrits arabes et 2000 manuscrits en perse et en ottoman arabe. Au lieu de la célébrer uniquement aux Pays-Bas, l’Université a voulu partager l’histoire néerlandaise des relations savantes et diplomatiques avec le Moyen-Orient à travers une exposition itinérante de reproductions d’une sélection des manuscrits de Leiden. Ce sont des reproductions car nombre d’entre eux, comme l’ouvrage islamique scientifique et illustré sur la botanique, sont trop fragiles pour un voyage.

Pouvez-vous nous en dire plus sur le programme « Huna Holanda » ?

Le programme se rattache à l’histoire de la production de manuscrits ainsi que de la typographie arabe, et offre un contexte aux angles différents à l’impression visuelle de l’exposition. Les spécialistes de l’Université Leiden, Karin Scheper et Huda Smitshuizen-Abifares donneront des conférences tournées vers un public plus large qui s’intéresse à la culture du livre et à la typographie, sur la relation entre l’Europe et le Moyen-Orient dans la production de manuscrits. Ils travailleront de même avec des groupes plus restreints d’étudiants avec une approche plus pratique.

Selon vous, quelle place tient l’art islamique dans le monde ?

L’art islamique est un art vivant : pensez aux designs décoratifs que l’on retrouve dans l’architecture des mosquées en Europe aujourd’hui, qui empruntent des formes géométriques traditionnelles comme source d’inspiration. Le terme ‘Art islamique’ est vaste et a toujours été utilisé pour une multitude d’objets : il regroupe les objets religieux et laïques en matériels allant de la céramique et la ferronnerie au bois et aux pierres (précieuses). De nos jours, les musées dans le monde dévoilent des objets d’art islamique produits dans une région entre l’Espagne et la Chine et s’étalent du 12e au 21e siècle. Cependant, dans le cadre global du monde l’art actuel, plusieurs artistes contemporains ne définissent plus leur art comme étant islamique. Ils préfèrent se définir comme sculpteurs ou peintres. 

Qui est invité à visiter cette exposition ?

Tous les curieux, du monde entier, des manuscrits et de la transmission de connaissance religieuse, scientifique et historique sont invités à venir. L’un des manuscrits exposés est le « Kitab al-hasha’ish’ » le plus vieux manuscrit scientifique illustré arabe existant. De même, les amoureux de design complexe sont invités à nous joindre. Nous avons juxtaposé dans l’exposition des schémas décoratifs dans les manuscrits Leiden avec des photographies de designs utilisés dans l’architecture médiévale. Ceci souligne non seulement la haute qualité de l’artisanat au Moyen- Orient au passé et au présent, mais aussi la corrélation des designs islamiques entre les arts et l’architecture.

Prochains projets ?

Je continuerai à travailler sur le projet néerlandais « IslamicArtInPatterns », qui vise à familiariser les individus aux Pays-Bas et ailleurs avec l’une des principales caractéristiques de l’art islamique : le besoin de décorer des surfaces pour y donner de la profondeur, de la vie, de la couleur et du mouvement, et quelquefois ajouter un sens symbolique. Je prépare aussi plusieurs expositions autour de sujets variés concernant le Moyen-Orient, telle que le rassemblement dans la péninsule arabe au XIXe siècle.

 

primi sui motori con e-max